Bamberger, Hélène

Marguerite Duras de trouville

« Quand j'ai rencontré Marguerite, je n'avais jamais lu Duras. Je l'ai lue ensuite ; elle m'a aussi fait découvrir La Princesse de Clèves ou Elizabeth Bowen, Jean Rhys, les auteurs anglaises du XIX°, et d'autres que je dois toujours lire, comme La Sorcière de Michelet ; j'ai dû l'acheter quinze fois !
Tout de suite, on s'est plu, et on a commencé les promenades dans l'auto de mon père, une vieille Peugeot rouillée.
L'été 80, c'était moi qui conduisais. Les années d'après, c'était Yann. On allait où elle voulait. Souvent dans les mêmes endroits (Fatouville, Quillebœuf, Cormeilles, Antifer, Etretat, Jumièges) dans un rayon de cent kilomètres autour de Trouville. Chaque endroit avait un autre nom et une histoire : le pont de Tancarville franchissait le Mékong, les prés salés devenaient des rizières, on traversait " les forêts du Canada ”...
Un jour, elle m'a montré une clématite bleu dur sur un mur gris granit, et elle m'a dit : “ Tu vois, ça c'est l'intelligence ”.
Elle utilisait des mots comme échauguettes et ombellifères, dont je pensais qu'ils n'existaient pas, parce qu'elle en inventait aussi, en affirmant qu'ils existaient.
Tout de suite, j'ai fait des photos ; souvent elle me dirigeait et parfois se mettait en scène. Elle avait une idée très précise de la façon de s'habiller. De la sienne et de la mienne.
Avant de la connaître, je n'aurais jamais eu l'idée de photographier un paysage, et encore moins une flaque d'eau. »
Hélène Bamberger
  • Editorial: Minuit |
  • Idioma: castelán |
  • ISBN: 978-2-7073-1905-0 |